« Trois petits pas »

Résidence de la compagnie L’Insomnante (région Sud)
Théâtre jeune public 0-3 ans

“TROIS PETITS PAS »

Deuxième étape de résidence « petite enfance » au sein des crèches de la Communauté de Communes Pays d’Apt Luberon qui a commencé au printemps 2022. En cheminant sur nos « 1000 chemins d’oreillers », nos pas nous mènent sur un petit sentier qui se dirige vers des enfants plus jeunes encore. Ici, il s’agira encore une fois ENCORE de traverser les lieux du sommeil et de l’endormissement. Comment proposer à des enfants entre 1 an et 3 ans un parcours qui les mènerait jusqu’à la sieste ?

Au programme :
Regarder un imagier sonore et participer à la création des sons,
Laisser des oreillers nous mettre en mouvement,
Danser des mots,
Se coucher pour profiter des sons diffusés dans un oreiller,
Suivre un chemin de poissons qui vont jusqu’aux murs du dortoir
Se laisser bercer,
et fermer les yeux…

– Résidence sans présentation publique –


La compagnie L’insomnante est en résidence au Vélo Théâtre du 14 au 18 novembre 2022. Une prochaine résidence du 12 au 17 décembre 2022 donnera lieu à des étapes de travail publiques le samedi 17 décembre à 9h, 10h et 11h.
En partenariat avec le service Petite Enfance de la CCPAL et le Conservatoire de musique du Pays d’Apt Luberon

Avec les crèches La Chrysalide à Apt, la Baleine bleue à Céreste et La crèche d’Amélie à St-Saturnin-lès-Apt.


création printemps 2023

10-14 janvier « Re-member Ensemble »

Résidence du Théâtre de Magdebourg (Allemagne)
Sans présentation publique

Ce projet est une invitation faite à Elise Vigneron et Julika Mayer, par Frank Bernhardt, directeur et metteur en scène du théâtre de marionnettes de Magdebourg (Allemagne) à créer un spectacle avec son ensemble, troupe permanente composée d’une dizaine de comédiens-marionnettistes. Une invitation à questionner leurs pratiques de marionnettistes.


En savoir + : Théâtre de l’entrouvert, Théâtre de marionnettes de Magdebourg


20-24 décembre « Laboratoire d’expérimentation vibratoire »

Résidence sans présentation publique

Le musicien et ingénieur du son Benoît Gilg invite Benoît Alziary, parachutiste et percussionniste, Kevin Brichard, créateur vidéo, Nicolas Gerber, plasticien sonore, Nicolas Stephan, saxophoniste et écrivain, et Dominique Mahut, peintre et percussionniste, à fabriquer ensemble une piscine de vibrations, de sons. Comme une grande partie de trampoline.

Du 7 au 15 avril Résidence « Dans le manteau d’Augustine »

Création de Paul Anders

“DANS LE MANTEAU D’AUGUSTINE » 

Production : Théâtre de Cuisine
En résidence au Vélo Théâtre du 7 au 15 avril 2021 

Paul Anders est poète et vit à Marseille. Soutenue par le Théâtre de Cuisine, nous l’avons accueilli au Vélo Théâtre pour une 1ère résidence en janvier 2020. La revoilà, en avril 2021, pour finaliser sa création (Pour les raisons que vous connaissez sa sortie de résidence n’a pas pu être ouverte au tout public malheureusement cette fois-ci). 

Entre temps et pour ceux qui s’en souviennent, son « manteau » a fait une apparition dans le hall du théâtre, en février dernier, à l’occasion du festival Greli Grelo. On pouvait alors y pénétrer comme dans une tente, s’y pelotonner et écouter contes et chants. Vous étiez ensuite invité, si le cœur vous en disait, à laisser un message dans l’une de ses poches ou dans ses ourlets… D’autres se souviendront aussi des quelques missives qu’Augustine vous a adressées, à vous spectateurs, en cours d’année, et dont nous vous avons fait la lecture pour vous aider à patienter jusqu’à son retour…

Mais qui est Paul Anders exactement et de quoi parle son projet ? « Je suis auteure, compositrice et interprète » précise-t-elle, «et il s’agit d’un spectacle de théâtre d’objet poésie ». Venant de l’image et du son, c’est récemment que Paul Anders a découvert le théâtre d’objet. « C’était à l’occasion d’un stage organisé par le Théâtre de Cuisine… un vrai coup de foudre ! C’était comme si toutes les cordes à mon arc s’alignaient… » Puis l’histoire a commencé par des mots, d’abord un titre Dans le manteau d’Augustine, des déclinaisons autour du mot « manteau » puis un jeu autour du nom d’Augustine. « Augustine est une géante mais c’est aussi le nom d’un volcan au sud de l’Alaska… Le volcan est une figure forte dans ma poésie » nous apprend Paul.

Et puis il y a une source qu’elle aime à citer dans la genèse du projet : « C’est Patti Smith et son livre M Train dans lequel elle raconte qu’en enfilant le manteau d’un poète ami, elle avait l’impression d’être elle-même. » Dans cette pièce, qui a vu son écriture commencée réellement au plateau, à la manière d’une enquête, il s’agit, pour le spectateur, de rentrer dans l’histoire un peu comme on enfile son manteau, pour reprendre la métaphore.  « C’est une pièce qui demande au spectateur de bien vouloir se perdre et d’entrer dans le mystère… Le personnage d’Augustine est en creux, on ne la voit pas… » raconte Paul. Ce sont les images (la maisonnette, la bobine, la figurine de l’ours…) et l’univers sonore (le bruit de la manivelle, le chant de la bouilloire…), créés pendant la représentation, qui conjuguées à l’imagination des spectateurs, la feront apparaître, en filigrane.

Si Paul Anders est toute seule sur scène, elle s’est entourée de regards spécifiques qui l’ont magnifiquement accompagnée : Katy Deville, Sylvie Vieville, Aurélia Monfort, Ana Eulates, Hélène Arnaud et Marie Carrignon, sur la poétique de l’objet, l’espace et l’écriture scénique, le jeu de l’acteur et la lumière. Un teaser vient d’être tourné et nous avons tous bon espoir que cette proposition de 40 min, ouverte à tous les publics dès 8 ans, trouvera la place qu’elle mérite dans la programmation de nombreux théâtres ou festivals. Sachez déjà que vous pourrez la retrouver, dans sa version finale, en février prochain, à Apt, à l’occasion de la 12e édition de Greli Grelo.